Aldo Ciccolini

Plus d’un pianiste largement octogénaire, il y a vingt ans, donnait encore l’exemple de cette simplicité, ce dépouillement, cette autorité effacée mais irrésistible qui ne viennent qu’avec l’âge. Aldo Ciccolini n’a pas attendu l’âge pour être simple : l’évidence même en musique, en piano. Dieu sait pourtant que sa technique et son savoir phénoménaux, son contrôle sonore inimaginable, lui permettaient depuis toujours n’importe quelle fantaisie. Mais son interprétation, depuis toujours, n’a pas varié : la chose même, qu’elle soit difficile ou facile ; le son le plus naturellement beau, un son qui chante (Schwarzkopf autrefois, dans Schumann, osait à peine entrer dans ce son là) ; avec dedans, prête toujours à transparaître, cette mélancolie de l’âme musicienne, qui n’a rien à voir avec des états d’âme, et qui est tout Mozart, tout Chopin. Mozart d’abord à son programme, avec la Sonate alla turca peu à peu s’orchestrant et s’étoffant dans l’évidence du son et, à la fin, quand la sonorité est pleinement échauffée, établie, un insensé effet de harpe, une prestidigitation en doubles croches, l’air effleurées, égrenées, mais si pleines : on a pu se pincer en se demandant si Lily Laskine n’était pas là, d’un coup de baguette. Non, c’était bien le Bechstein. Mais c’est Aldo sui est fée !

Dans Liszt ensuite (Aida et Tristan, trois Harmonies religieuses) la plénitude du son reste, mais avec quelle volubilité libre ou, au choix,  puissance fantastique, des doigts. Que cette sonorité sache rester pleine et sèche dans des accords fortissimo plaqués, ni cassante ni grinçante, c’est le miracle d’une soirée de grâce et de merveille, simplement médusante. Chopin en bis y rajoutait, où mazurka et nocturne semblent échanger leurs frontières, avec un chic, une liberté qui disent cette chose un peu perdue : la légitime familiarité avec le génie.

TCE le 18 mai

A propos de l'auteur

André Tubeuf

André Tubeuf

Né à Smyrne en 1930, André Tubeuf collabore aux magazines Le Point et Classica-Répertoire. Il est l´auteur de romans et de nombreux ouvrages sur la musique.

Laisser un commentaire