ut pictura musica… sentita… Continuo XVI.VI.XIII

Denis Grenier
Ecrit par Denis Grenier

Laurent de La Hyre,  Paris 1606 - 1656,   Allégorie de la Musique, 1649,  Huile sur toile, 105.7 x 144.1 cm,  New York, Metropolitan Museum of Art

*

Émission du dimanche 16 juin 2013

*

.

Harmonia Mundi, HMC 901705, 2000

Harmonia Mundi, HMC 901705, 2000

Aus tiefer Noth a 5,    Christophorus Demantius

Christopher Demantius, contemporain de Claudio Monteverdi, venant de la Bohême, jusqu’en Saxe, compose ces Vêpres de la Pentecôte entre tradition contrapuntique et innovation proche de la seconda pratica. On entend dans ces Vêpres un relief particulier, dans cette polyphonie en dialogue, dans une spatialisation des choeurs et des instruments : une ampleur de la sonorité, un jeu de répons et d’imitations entre voix et instruments, entre diverses parties du choeur, en alternance avec les versets du chant grégorien. Les voix colorées, aux harmoniques pleines et rondes, aux résonances riches donnent avec grande générosité un ensemble mélodique aux belles tournures, et chantent une véritable ferveur contemplative et jubilatoire.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/3149020170533

***

Harmonia Mundi, HMU 907316, 2004

Harmonia Mundi, HMU 907316, 2004

Suite A quaranta voces,   Luis Venegas de Henestrosa   cf 1510-1570

La harpe au son dont la matière se fait entendre, avec même le charme d’une certaine rudesse, prête à danser sur une belle mélodie aux couleurs de l’échelle modale, truffée de variations avec diminutions, accompagnée du psaltérion et ses résonances magiques, avec une tonicité dans le geste.

L’orgue et la viole de gambe, dans des sonorités superbes, chantent la contemplation sereine, pour le calme dans ce paysage sonore. Un jeu articulé à l’orgue fait oublier la machine pour la respiration de l’instrument à vent, et une mélodie accompagnée sur jeu de tuyaux de bourdon tourne comme une ritournelle. Puis la harpe, avec une proximité spontanée sans apprêt revient, comme emportant le flux des instruments qui l’entourent dans un miroitement de couleurs et de textures.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/0093046731625

***

Ramée, RAM 1206, 2013

Ramée, RAM 1206, 2013

Pulchra es amica mea, Giovanni Bassano

Un air touchant emprunté à Palestrina, pétri de tendresse pour un propos charmant, repris par de nombreux compositeurs européens, est ici interprété par un consort de flûtes douces, un luth à la basse continue.

Fantasia seconda, Girolamo Frescobaldi

Un contrepoint coloré de dissonances et de chromatismes de l’écriture raffinée et expressive de Frescobaldi conduit une superposition de mélodies pour un parcours en volutes et comme parfois des pas de danses dans le jeu rythmique, comme une promenade dans des sentiers à découvrir.

Yeux qui guidez mon âme, Johann Pieterson Sweelinck

Une chanson française est le motif de la polyphonie complexe du compositeur hollandais, mais pour chaque ligne avant toute chose, avec des jeux ludiques imitatifs entre instruments.

***

Atma, ACD2 2660, 2013

Atma, ACD2 2660, 2013

Sonata quinta à 2, en ré mineur, Johann Rosenmüller

Une gaieté bienvenue dans cet échange entre violon et viole de gambe dans une dynamique enlevée, avant un chant mélancolique et profond. Le contraste fort expressif est propre à l’écriture de Rosenmüller dans laquelle l’aspect théâtral dramatique de l’art musical conduit l’imagination sonore, et les interprètes colorent l’ensemble des lignes et des reliefs avec une tonicité et un allant pour une musique entre jubilation et mélancolie.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/0722056266024

***

Ambronay, AMY001, 2005

Ambronay, AMY001, 2005

Gloria, Selva morale e spirituale, Claudio Monteverdi

On retrouve avec ce Gloria une mise en espace des sons, entre chanteurs et ensemble instrumental, avec une invention du trait, mais aussi de la richesse harmonique du compositeur novateur et sachant jouer avec les équilibres sonores. L’ensemble Elyma interprète en couleurs et reliefs une telle oeuvre avec une impulsion qui donne du corps, de la chair et du mouvement, la musique comme un geste et un échange de sons et d’émotions, dans une continuité polymorphe, une vitalité présente et dans la force de l’instant, de la grandeur avec le goût du timbre et des mots.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/3760135100019

***

Atma, ACD2 2645, 2013

Atma, ACD2 2645, 2013

Contrapunctus 7, contrapunctus 8, L’art de la fugue, Johann Sebastian Bach

L’art de la fugue est une œuvre intemporelle et toujours là, elle est interprétée chaque fois, dans la citation de son thème issu du motif de quinte, dans une écriture polyphonique qui invente toujours quelque chose de plus, une fenêtre sur un paysage inépuisable dont on n’aura jamais vu tous les contours, ni toutes les couleurs, les ombres et les luminescences. C’est immense et simple à la fois. Les interprètes reprennent l’oeuvre et reconstruisent indéfiniment le monument pour un événement éphémère, à dimension humaine dans le moment du jeu.

Un consort de violes avec les Voix humaines dessine l’édifice avec leurs sons si spécifiques sous les gestes de l’archet, avec leurs nuances qui colorent les lignes de leurs reflets.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/0722056264525

***

Tempéraments, TEM 316014, 1998

Tempéraments, TEM 316014, 1998

Trois tientos, Francisco Correa de Arauxo 1584 – 1654

Sur les timbres magnifiques d’un instrument portugais de 1765, accompagnée d’un jeu de fonds placide et coloré, une mélodie inventive chante sur un jeu de cornet, avec ses fioritures, et ses motifs riches de leurs traits rapides, sur un ton superbe et avec l’allure fière de l’orgue espagnol. Colorée de timbres rudes comme d’une matière tangible pour l’oreille, une dynamique musicale et expressive à la fois ample et aussi proche de l’émotion gagne la sensibilité et s’affirme avec une assise et une hauteur comme la lumière du Sud.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/0794881450022

***

Alpha, 192, 2013

Alpha, 192, 2013

From Rosie Bow’rs, Henry Purcell

La mélancolie anglaise, d’une voix de ténor fine et claire, est chantée avec esprit pour une expression animée, et fait goûter les sonorités de la langue anglaise de l’époque, peut-être plus entières, avec la viole et le luth à la basse continue.

Puis l’expression théâtrale s’anime comme dans le jeu dramatique de Shakespeare, dans lequel le contraste survient plus vite qu’on ne s’y attend, comme le contraste des éléments, si présent dans ses pièces, comme une métaphore musicale.

Strike the viol

Une mélodie dynamique et d’une expression allante exprime avec débordement musical les émotions et l’humeur changeante.

Hornpipe in E minor

A la petite flûte est entonné un court hornpipe avec la vivacité de la danse populaire des terres anglaises.

*

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=K_5pPu_9LIE#at=86

***

Brilliant Classics, 94426, 2012

Brilliant Classics, 94426, 2012

Tra le fiamme, HW 170, Georg Friedrich Händel

En plein XVIIIè, l’air de Händel fait entendre la labilité de la mélodie riche et foisonnante, mélodie accompagnée d’un orchestre dont la dimension harmonique est encore proche de celle du contrepoint, mais aussi jouant avec la modulation tonale. L’opéra prend peu à peu sa fonction de théâtre chanté, de divertissement loin des événements de son époque. Brillante et souple, la voix nécessite de la virtuosité, et le propos avec le goût de l’allégorie disparaît tant soit peu derrière le jeu musical.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/5028421944265

***

Glossa, GCD 923101, 2013

Glossa, GCD 923101, 2013

Sonata 11 a soprano solo, Dario Castello

L’expressivité de la mélodie interprétée au violon est à la fois celle du compositeur et de l’interprète pour une émotion musicale à partager avec ceux qui entourent les musiciens et tendent l’oreille, pour le geste musical en toute spontanéité, c’est la musique d’abord.

La suave melodia, Andrea Falconieri

Avec le goût des timbres de leurs instruments, les interprètes chantent et jouent cette mélodie magnifique, avec une présence ludique et inventive comme le répertoire de cette époque les y invitent.

Passacaille,

Sur une basse obstinée, la mélodie poursuit ses variations comme dans un mouvement perpétuel, selon l’invention de l’interprète.

Alemanda dicha villega,

Une danse au rythme enlevé, riche de motifs distribués aux divers instruments fait danser l’auditeur dans son écoute.

Sonata VIII, Giuseppe Maria Jacchini

Une suite de mouvements jouant avec les contrastes est l’expression sensible de l’instant musical, avec le goût du jeu sur les motifs dans la présence en chair et en os, ici et maintenant, quand la musique se fait présence.

Corrente italiana, Juan Cabanilles

Cette danse au rythme ternaire, et pointé, fait courir l’oreille pour un plaisir musical des timbres et de la mélodie et ses surprises.

*

http://player.qobuz.com/#!/album/8424562231016

http://blogs.qobuz.com/denisgrenier/2013/06/05/ut-pictura-musica-2/

***

Commentaires de Thérèse Bécue

 

.

 

HORLOGE-ASTROLOGIQUE-MANTOVA-300x225

 

.

 

***

 

Aux auditeurs de Continuo

est recommandée l’écoute de

El arte de la escucha

émission de musique ancienne

produite et animée à Séville par le collègue

Juan Ramon Lara

http://www.facebook.com/pages/El-arte-de-la-escucha/310158792421041?ref=ts&fref=ts

.

 .

 

553196_310159132421007_475720337_n

***

Les instruments de musique ne sont qu’un outil servant à rendre la musique vivante grâce au travail de l’interprète: un Stradivarius ne sonne bien qu’entre des mains expertes.

La technique et la culture de l’interprète comptent donc autant que l’instrument dans le façonnage du son. Néanmoins, si beaucoup aujourd’hui estiment que les grands orchestres produisent un son “standardisé”, cela tient en partie à l’instrumentarium utilisé. (…) affirmer une personnalité de la sonorité par le retour aux calibres et caractéristiques des instruments anciens…

http://www.orchestredeschampselysees.com/fr/pages/instruments.html

.
***

.

*
Contact

***

Laisser un commentaire