ut pictura musica… La Follia

Follia
Denis Grenier
Ecrit par Denis Grenier

La Follia

 

The triumph of folly

Ensemble Oni Wytars

 

Marco Ambrosini

 

DHM, 88765449782, 2013

.

.

« Les circonstances ne se prêtant guère à du travail sérieux,

j’eus l’idée de composer par jeu

un éloge de la Folie. »

Erasme, Lettre à Thomas More

.

.

Une fête ! C’est à une véritable fête que l’ensemble Obi Wytars invite, à l’occasion du 500è anniversaire de l’écrit d’Erasme, l’Éloge de la folie, avec cette suite de Follie (ou Folie) musicales.

.

« Il s’agit d’une danse portugaise, très bruyante, dans laquelle de nombreuses figures sont exécutées

au son de tambourins et autres instruments. (…) Le bruit est si intense et le rythme si rapide

que les danseurs semblent avoir perdu l’esprit, raison pour laquelle ils donnèrent à cette danse

le nom de Folia. » 

Tesoro de la lengua castellana o española, 1611,

Sebastián de Covarrubias y Orozco , de l’Académie Royale d’Espagne.

.

Venant de nombreux pays d’Europe, voyageant à travers le monde, riches de rencontres musicales munis de leurs instruments, les interprètes se retrouvent avec une joie immense qu’ils partagent avec ceux qui les écoutent, pour jouer les ritournelles, danses et variations que tant de musiciens se sont plus à inventer sur le thème de la Folia sur quatre notes comme une basse obstinée, depuis le début du XVIè siècle dans les pays de la Méditerranée et de l’Europe de l’Ouest.

.

Une palette de timbres colore tous ces mouvements sonores, entre vielle, orgue positif, nyckelarpa, viole d’amour, guitarra battente, harpe double, cornemuses, cornet, hautbois baroque, clavecin, viole de gambe, multiples percussions, et la voix au grain coloré de l’Orient. Les musiciens parcourent tout un chemin de la manifestation la plus ancienne et populaire à une improvisation pleine de fantaisie telle qu’elle a pu se pratiquer. La Folia est un thème qui n’a pas joué son dernier son, puisqu’au XXè siècle, des compositeurs s’en sont emparés dans leur langage, puis aussi dans des musiques pop et rock.

.

Le jeu aux multiples facettes est à la fois joyeux et dans un mouvement continuel, mais la structure est toujours là : il faut de l’habileté et de l’inventivité pour que la musique se manifeste à chaque instant, riche de ses tournures improvisées, d’une folia à l’autre, d’une région à l’autre, entre XVIè et XVIIIè siècles. Avec vie, et avec talent, de l’imagination et un bonheur musical, un bonheur ! sont jouées et rejouées ces pièces avec fantaisie et … folia, pour que chaque nouvelle danse soit encore plus folle que la précédente !… et soit sempiternellement réinventée, pour qu’un flot musical naisse et renaisse au-dessus de ces quatre notes, dans de nouvelles couleurs, de nouvelles facettes, d’autres rythmes, et que la surprise soit au rendez-vous pour la plus grande des folies.

On peut aussi être curieux de la nyckelarpa, instrument originaire ds pays nordiques, qui avait quasiment disparu, et que Marco Ambrosini, initialement violoniste, joue dans divers répertoires.

Cf http://www.oniwytars.de/index.html

                                                                                       Thérèse Bécue

¨¨¨

 

ambrosini dustmannrabanser

.

¨¨¨

http://www.youtube.com/watch?v=RWLx0n5VKgQ

 

http://www.youtube.com/watch?v=mq_wF0_9xMI

 

http://www.oniwytars.de/html/video.html

 

¨¨¨

 

Éloge de la folie, Erasmus,

Première édition: Paris, Strasbourg, Anvers, 1511, avec les dessins de Hans Holbein.

 ¨¨¨

Laisser un commentaire