Continuo… Il Festino… 10 juillet 2017

Denis Grenier
Ecrit par Denis Grenier

Il Festino

L’appparition en 2012 de l’ensemble Il Festino dirigé par le luthiste et guitariste Manuel de Grange dans la discographie de la musique ancienne (Pavane Musica Ficta MF8014) fut un moment de bonheur pour l’amateur que nous confessons être de la musique au temps de Louis XIII, l’occasion de renouer avec un répertoire trop peu pratiqué aujourd’hui, en raison peut-être d’un engouement généralisé envers les musiques plus tardives, en France Lully et consorts, plus « monnayables », et surtout une tendance à fréquenter le XVIIIe siècle, plus à la mode. Dommage que l’esthétique de la première moitié du siècle ait succombé à l’académisme ambiant destructeur de l’esprit baroque et au nivellement classique.

5410939801428_600

http://www.qobuz.com/be-fr/album/lair-italien-en-france-au-temps-de-louis-xiii-dagmar-saskova-soprano-il-festino-manuel-de-grange/5410939801428


Moulinié, Boesset et al sont pourtant des compositeurs dignes d’être pratiqués et écoutés avec ferveur tant leur musique vivante comble le mélomane avide de contrastes, de couleurs, et d’expressivité. Il Festino s’acquitte de cette tâche avec sensibilité et brio en compagnie d’interprètes de premier plan (Dagmar Saskova, Francisco Javier Manalich, Ronald Martin Alonso, etc) faisant ou presque, pour certains, leurs débuts au disque.

5410939802128_600

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/landi-arie-da-catarsi-il-festino-manuel-de-grange/5410939802128


En 2014, le deuxième CD d’Il Festino consacré à Stefano Landi, compositeur romain évoluant en contexte Barberini permit à l’ensemble de pénétrer avec pertinence le monde italien contemporain dont la France a souvent tiré le meilleur parti de la fréquentation (Pavane Musica Ficta MF 8021). Retrouvant essentiellement la même équipe que dans le CD précédent on a pu y entendre des airs engagés et inspirants comme ont su en élaborer en leur temps les compositeurs transalpins.


Pour son troisième disque, Douce Félicité paru en 2016 autour de Michel Lambert et Sébastien Le Camus (Pavane Musica Ficta MF 8027), Il Festino élargit le spectre pour passer en revue l’air de cour à travers tout le 17è siècle. Il le fait avec son équipe vocale « de base », Saskova et 
Manalich, ses piliers, à laquelle se sont joints Barbara Kusa, François-Nicolas Geslot et Arnaud Richard. 
La prestation est de nouveau convaincante, l’engagement des chanteurs total, le soutien instrumenttal idoine, et la direction à la fois sûre et souple. Le kaleidoscope permet de suivre avec plaisir l’évolution de cette forme typiquement française. Jamais la pédagogie, bien au contraire, n’atténue l’expression, le seul et véritable but de la musique.

5410939802722_600

http://www.qobuz.com/be-fr/album/lambert-le-camus-airs-de-cour-douce-felicite-il-festino-manuel-de-grange/5410939802722

Une mention spéciale pour ces trois réalisations exemplaires à Dagmar Saskova, sublime voix de dessus tout en souplesse et sans aspérités ni aigreurs, à Francisco Javier Manalich, taille et également violiste, oui !, avec une note de belle virilité et un charme latin venus du Chili, auxquels il est difficile de ne pas succomber.


Longue vie à l’ensemble Il Festino,

http://www.ensembleilfestino.com/

un véritable festin musical en effet.

On appelle la suite de tous nos voeux.


Denis Grenier

Laisser un commentaire