L’euphonium par Anthony Caillet

Anthony Caillet

L’euphoniumiste Anthony Caillet sort aujourd’hui son nouvel album Libertalia. Anthony sera en concert vendredi prochain avec le Quatuor Voce, le pianiste Paul Lay et l’Ensemble Lachrymae, au Festival « Le Cœur en Musiques » à l’Eglise de Prades (07).

Cette photo d’Anthony tombe à pic. En effet, grâce à elle, je vais pouvoir vous parler encore un peu de mon frère le paysan normand. (Cela fait presque deux mois que l’on n’en a pas parlé !) Je remercie donc Anthony de me donner cette opportunité car mon paysan de frère et lui ont un point commun.

Ils ont joué tous les deux sous la direction du chef d’orchestre le Lieutenant-colonel Claude Kesmaecker. Sauf, qu’à l’époque de mon frère, Claude n’était que Capitaine, à Reims il y a bien longtemps. Mon frère effectuait alors un service militaire des plus chaotiques. Passant d’abord par une absence de deux ans comme objecteur de conscience, il tentera la réforme militaire en se faisant substituer son identité par un frère déjà réformé. La substitution passa tellement inaperçue que ce frère fut gardé dans les rangs. Le frère fit donc une évasion, qui se transforma en une désertion pour le futur paysan. Comme nous n’étions pas en guerre, ce dernier ne mérita pas la mort. Après avoir laissé le temps qu’il fallait pour faire oublier l’image de l’évadé, le déserteur apparut. Rapidement, ses supérieurs comprenant qu’il n’était pas indispensable au bon déroulement des manœuvres militaires, ils le mutèrent gentiment à la Musique Militaire voisine. C’est ainsi que pendant plusieurs mois, le Capitaine Claude Kesmaecker et lui ont joué de la belle musique. Je suis même venu faire une photo.


Libertalia, paru chez le label Artalinna, à écouter ou Télécharger sur qobuz, disponible en qualité StudioMasters