Les charts Qobuz du lundi 9 septembre 2013

Les charts Qobuz
Avatar
Ecrit par Julien Boudry

TÉLÉCHARGEMENTS

téléchargement_49

1 – Agostino Steffani : Stabat Mater (Cecilia Bartoli)

Après le succès de son album « Mission » consacré au répertoire scénique jusqu’alors parfaitement inconnu du compositeur italien Agostino Steffani, qu’elle a redécouvert après une enquête quasi policière, Cecilia Bartoli aborde dans cet enregistrement, où elle est une fois de plus éblouissante, la musique sacrée du compositeur avec son “Stabat Mater”, son chef-d’œuvre absolu déjà connu, ainsi que quelques autres pages (des motets) qui, elles, sont présentées en première mondiale. À ses côtés, les excellents I Barocchisti et le Choeur de la Radio-Télévision Suisse-Italienne sous la houlette de Diego Fasolis, et les belles voix de Franco Fagioli, Salvo Vitale et des ténors allemands Daniel Behle et Julian Prégardien. Encore un grand disque avec Cecilia Bartoli.

2 – Thriller (Michael Jackson – Edition Studio Master 24 bits)

3 – Liquid Spirit (Gregory Porter)

Liquid Spirit, le premier album de Gregory Porter pour Blue Note, succède à deux disques, sortis sur des labels indépendants, qui ont été salués par la critique et lui ont très rapidement permis de devenir l’un des chanteurs de jazz actuels les plus reconnus, tout en lui valant deux nominations aux Grammy Awards. Don Was, le président de Blue Note, a encouragé Porter à rester fidèle à sa vision artistique. Je me considère avant tout comme un chanteur de jazz mais j’adore le blues, la soul du Sud et le gospel, indique Porter. Ces éléments se sont frayés un chemin dans ma musique. Et je les ai toujours entendus dans le jazz. Ce troisième album démontre les qualités de cet interprète exceptionnel mais également, de l’auteur-compositeur impliqué qu’est Gregory Porter. Un très bel album !

* * *

ÉCOUTES

ecoutes_49

1 – Agostino Steffani : Stabat Mater (Cecilia Bartoli)

2 – Liquid Spirit (Gregory Porter)

3 – Racine carré (Stromae)

Passons vite sur cette étiquette de Jacques Brel du troisième millénaire pour ne garder que les treize titres de cetteRacine carrée évidemment tout sauf carrée. Avec ce deuxième album, l’extra-terrestre Stromae poursuit ses assemblages improbables entre hymnes dancefloor minimalistes et prose sombre, impeccable coup de zoom sur notre temps. Derrière le groove festif plane toujours cette impressionnante mélancolie quand ça n’est pas un pessimisme des plus anthracite. Dans ses textes. Dans les circonvolutions de sa voix. Là réside sans doute la personnalité musicale d’un artiste qui compte un peu plus à chaque nouvelle chanson. Au final, Stromae prouve surtout avec Racine carrée qu’il a su trouver comme écrire l’après Alors on danse, son acte de naissance de 2010. Étonnant.

4 – Right Thoughts, Right Words, Right Action (Franz Ferdinand)

Right Thoughts, Right Words, Right Action est le 4ème album studio de Franz Ferdinand. Très attendu, il est cependant loin de ressembler au précédent opus, Tonight, qui constituait un détour « heavy dub » mâtiné d’électro dans la discographie du groupe. Right Thoughts, Right Words, Right Actions opère donc un retour aux sources, renouant avec une énergie que certains qualifieront d’optimiste, d’autres d’hédoniste, le tout dans un son punk funk irrésistible. Kapranos, McCarthy, Hardy, Thomson n’ont décidément pas pris une ride !

Bonne écoute et n’oubliez pas :

La musique est de retour  !