Les charts Qobuz du lundi 19 mai 2014

Les charts Qobuz
Avatar
Ecrit par Julien Boudry

TÉLÉCHARGEMENTS

telechargements_86

1 – XSCAPE (Michael Jackson)

La première bonne idée de ce projet est déjà d’avoir pioché dans des chutes de studio et des enregistrements inédits datant de divers moments de sa longue carrière. Côté réalisation et arrangements pour «moderniser» ces inédits, Timbaland est aux commandes de la majorité des huit titres de l’album. On connait le talent du Virginien mais force est de reconnaître qu’il réussit ici à homogénéiser l’album, lui donnant une réelle cohésion artistique.

2 – Turn Blue (The Black Keys)

Après avoir visité, démonté, remonté, chahuté, cassé, déboité, déglingué et fait à peu près tout ce qui était possible de l’idiome blues, les Black Keys insufflent au genre une bonne dose de soul, voire de funk rock graisseux sur cet ambitieux huitième album studio. Avec Turn Blue, Dan Auerbach et Patrick Carney mettent les mains dans divers feux sudistes, qu’ils fussent rock (on peut penser aux mythiques Allman Brothers) ou plutôt soul (Curtis Mayfield). Il y a aussi du Led Zeppelin dans ce disque chamanique…

3 – Händel : Oralndo (René Jacobs, Sophie Karthäuser, Bejun Mehta, B’Rock Orchestra)

Un premier essai qui est un coup de maître. C’est le premier enregistrement du jeune B’Rock Orchestra de Gand qui se hisse d’emblée parmi les meilleurs du genre. Sous la baguette théâtrale fiévreuse et enjouée de René Jacobs, ce Handel est gorgé de sève, d’originalité et de sortilèges inspirés de l’Arioste, avec un orchestre aux fortes couleurs, pas toujours prévues par le compositeur et qui risquent bien de faire tousser certains puristes. Mais qu’importe, c’est l’esprit inventif et exubérant du baroque qui est bien là, avec des chanteurs fabuleux. Sophie Karthäuser est une éblouissante magicienne Angelica et on se demande bien qui pourra maintenant arriver à la cheville de Bejun Mehta qui campe un Orlando paré des mille couleurs de la fantaisie et des tourments, dans une forme vocale exceptionnelle. Un nouvel enregistrement qui est une réussite absolue et une bande son idéale pour que chacun puisse réaliser son propre spectacle mental. QOBUZISSIME !

ÉCOUTES

ecoutes_87

1 – Händel : Oralndo (René Jacobs, Sophie Karthäuser, Bejun Mehta, B’Rock Orchestra)

2 – Chasing Piano (Valentina Lisitsa)

Michael Nyman sait tout ce qu’il y a à l’intérieur du piano, tant de mélodie, de temps et de drame, tant d’espace ravissant et de sentiment, qui attendent patiemment d’être libérés, par quelqu’un d’autre, le compositeur, le musicien, l’auditeur, quiconque en est responsable, quiconque aspire à l’ordre. Avec sa propre forme d’éclat introspectif et de grâce sans retenue, Nyman fait comprendre ce que voulait dire Thelonius Monk quand il disait que “le piano n’a pas de fausses notes”.

3 –   If You Wait (London Grammar)

Le choc London Grammar ! Ce jeune trio londonien né il y a deux ans vaut avant tout pour la voix envoûtante de sa chanteuse Hannah Reid qui n’est pas sans rappeler celle de Romy Madley Croft de The XX, mais aussi de Florence & The Machine voire, chez les plus anciens, de Tracey Thorn d’Everything But The Girl. Un chant sensuel et en apesanteur au service d’une pop résolument atmosphérique qui a ensorcelé Qobuz au point d’en faire un disque Qobuzissime.